Jeanne VIVET - Chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s

Annuaire chercheurs et enseignants Pierre Blanc

Pierre Blanc Après avoir débuté par un travail sur la géopolitique de Chypre en tant que champ de confrontations multi-échelles, mes recherches se sont élargies au Moyen-Orient où je m »intéresse aux rivalités de pouvoir, à leurs déterminants, aux acteurs impliqués et aux implications territoriales de la conflictualité.

, j’ai notamment écrit Moyen-Orient : des idées reçues sur une région fracturée, Le Cavalier Bleu ; Israël face à Israël, Promesses et dérives d’une utopie.

Autrement (2018), L’invention tragique du Moyen-Orient, Paris, Autrement (2017), un Atlas du Moyen-Orient, aux racines de la violence, Autrement, 2016) Violence et politique au Moyen-Orient, Paris, Presses de sciences po, 2014 et l’Atlas des Palestiniens, Autrement, troisième réédition)

Sur ce sujet

Photo de Jeanne VIVET

Jeanne VIVET

Maître de conférences en géographie Université Bordeaux-MontaigneVille, citadinité, mobilités forcées, déplacés – Familles transnationales – Droit à la ville et déguerpissements — Maputo, Luanda

Biographie

Domaines et terrains de recherche

  • Ville, citadinité, mobilités forcées, déplacés
  • Familles transnationales
  • Droit à la ville et déguerpissements
  • Maputo et Luanda

Titres universitaires

Parcours

  • 2010-2012 : Post-doctorat à L’Institut des Sciences Sociales de l’Université de Lisbonne dans le cadre du programme européen Tcraf-Eu financé par Norface.
  • Depuis 2010 : Co-direction de la revue de géographie en ligne : Carnets de géographes.
  • 2009-2010 : ATER à l’ENS de Lyon
  • 2006-2010 : Doctorat de géographie à l’Université de Paris Ouest Nanterre
  • 2006-2009 : Allocataire-Monitrice à l’Université de Paris Ouest Nanterre

Participation à des programmes de recherche

  • Depuis janvier 2012 : projet pluridisciplinaire “ Places and belongings : circular conjugalities between Angola and Portugal dirigé par Marzia Grassi, ICS Lisbonne et financé par la FCT.
  • Depuis octobre 2010  : projet pluridisciplinaire TCRAf-Eu «Effects of transnational Child Raising Arrangements on Life-Chances of Children, Migrant parents and Caregiver between Europa and Africa», coordonné par Valentina Mazzucato, Université de Maastricht et financé par NORFACE (New Opportunities for Research Funding Agency Co-operation in Europe) dans le cadre du programme « Migration in Europe-social, Economic, cultural and Policy dynamics ».
  • 2008-2012  : Membre de l’ANR “JUGURTA” (Justice spatiale, gouvernance et territorialisation dans les villes des Suds : Afrique du Sud, Kenya, Maroc, Mozambique, Nicaragua, Nigeria, Tanzanie, Togo), coordonné par Philippe Gervais-Lambony, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.
  • 2006-2009  : Membre du GDRI-CNRS « Gouverner les villes d’Afrique : lois, institutions locales et identités urbaines depuis 1945 », coordonné par Simon Bekker ( Université de Stellenbosch, Afrique du Sud) et Laurent Fourchard ( CEAN/IEP Bordeaux) .
  • 2004-2006 : Membre du programme IFAS-IFRA: « Privatisation of security in sub-saharan African cities: urban dynamics and new forms of governance », coordonné par Elisabeth Peyroux, Université Toulouse II.

Contact

    Je m’intéresse aussi à la dimension agraire de la conflictualité régionale. Cette dimension n’est évidemment pas neutre en termes de sécurité alimentaire (et donc de souveraineté et de stabilité), de couverture spatiale et de contrôle du territoire, de revendications territoriales et d’horogenèse (création de frontières), de mobilisations sociales, de disputes foncières et hydrauliques qui sont toutes des questions éminemment géopolitiques. Sur ce volet, j’ai notamment publié Proche-Orient : le pouvoir, la terre et l’eau, Presses de sciences po, 2012. Dans un souci d’élargissement comparatiste, j’ai fait paraître en 2018 un ouvrage sur la terre comme facteur essentiel dans l’histoire politique mondiale contemporaine : Terres, pouvoirs et conflits. Une agro-histoire du monde, Paris, Les Presses de Sciences po. Une nouvelle édition est prévue en 2020Sciences Po Bordeaux : cours en master : Géopolitique du monde arabe et du Moyen-Orient (18h); Géopolitique des ressources (18h); Géopolitique de l’eau (9h); Géopolitique de l’agriculture (9h)

    Bordeaux sciences agro : Géopolitique du monde contemporain  (52h), Géopolitique de l’Europe (12h) ; Géopolitique de l’agriculture (12 h)

    De septembre 2005 à juin 2013 : enseignant-chercheur au Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM) : Méditerranée et du Moyen-Orient ; Géopolitique de l’eau. Depuis 2013, intervenant dans les instituts agronomiquesProfesseur de

    Situation professionnelle de Pierre Blanc

    Professeur de géopolitique à Bordeaux Sciences Agro et Sciences Po Bordeaux, chercheur au LAM (sciences po/CNRS)

    Consultant auprès du CIHEAM (centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes).

    Rédacteur en chef de la revue Confluences Méditerranée (revue universitaire sur la Méditerranée et le Proche-Orient)

    Membre de l’Iremmo (Institut de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient) ; directeur de collection « La bibliothèque de l’Iremmo »

    Je m’intéresse aussi à la dimension agraire de la conflictualité régionale. Cette dimension n’est évidemment pas neutre en termes de sécurité alimentaire (et donc de souveraineté et de stabilité), de couverture spatiale et de contrôle du territoire, de revendications territoriales et d’horogenèse (création de frontières), de mobilisations sociales, de disputes foncières et hydrauliques qui sont toutes des questions éminemment géopolitiques. Sur ce volet, j’ai notamment publié Proche-Orient : le pouvoir, la terre et l’eau, Presses de sciences po, 2012. Dans un souci d’élargissement comparatiste, j’ai fait paraître en 2018 un ouvrage sur la terre comme facteur essentiel dans l’histoire politique mondiale contemporaine : Terres, pouvoirs et conflits. Une agro-histoire du monde, Paris, Les Presses de Sciences po. Une nouvelle édition est prévue en 2020