Master risques et développement aux suds

Présentation générale

Le Master « Risques et développement aux Suds » s’appuie sur une longue tradition à Sciences Po Bordeaux de recherche et d’enseignement sur l’Afrique. Il est en effet largement basé sur les ressources de LAM et sur son équipe d’enseignants-chercheur, qui interviennent dans les enseignements proposés.

Créé en 2019, le Master RDS résulte de la fusion de trois Masters : Politique et Développement en Afrique et dans les Pays du Sud (PDAPS), Gestion des Risques dans les Pays du Sud (GRPS), Coopération Internationale et Développement (CID). Cette fusion poursuivait un triple objectif : proposer un tronc commun autour des enjeux de développement et de gestion des risques, permettre dès la quatrième année une spécialisation des étudiant.e.s sur les pays du Sud, et enfin assurer leur professionnalisation en thématisation leur formation  autour de « mineures ».

Objectifs

Le Master RDS offre une analyse des enjeux contemporains des pays du « Sud », c’est-à-dire sur les pays dits en développement. Grâce à l’expertise du LAM, l’Afrique est particulièrement au cœur des études de cas abordées, mais sont également analysés dans une approche comparative les pays du monde arabe et du Moyen-Orient, de l’Amérique Latine et de l’Asie du Sud-Est. Etudier le développement dans les pays du Sud, c’est considérer en filigrane les relations Nord-Sud mais aussi Sud-Sud dans la régulation mondiale d’enjeux comme l’environnement, la santé, les migrations, la croissance démographique et urbaine, la pauvreté ou encore la sécurité. Penser à partir des pays du Sud permet d’interroger les conditions de régulation de ces enjeux dans un contexte de faibles capacités de l’Etat et de forte présence internationale. C’est aussi considérer ces contextes et espaces comme de véritables laboratoires, où se cristallisent des problématiques et où émergent des solutions.

Au-delà des enjeux de développement, la gestion des risques représente le second axe de formation offerte par le Master RDS. La notion de risque est aujourd’hui au cœur du processus décisionnel des acteurs politiques comme économiques. Le management du risque est un enjeu central de la gouvernance politique (politiques publiques) et privée (entreprises, ONG etc.). Les méthodes d’analyse qui y sont associées nécessitent la mise en œuvre de démarches et d’outils spécifiques. Elles conjuguent analyse probabiliste (systèmes de collecte de donnée quantitatives), et analyse qualitative faisant appel à des compétences en science politique, en économie, en sciences sociales, en ingénierie de projet, ou encore en management – cela dans des dimensions à la fois territoriales élargies (pays ou région) et dans un cadre plus restreint, le projet.

Au-delà d’un tronc commun en études de développement et en gestion des risques, les étudiant.e.s se spécialisent selon l’une des trois mineures proposées par  le Master RDS :

  • Gouvernement et Action Publique (GAP) : cette mineure forme les étudiant.e.s à l’analyse de l’action publique aux Suds, c’est-à-dire à  la conduite des politiques publiques multi-acteurs (Etat, organisations internationales, ONG, secteur privé, etc.) et multi-échelles ;
  • Gestion des Risques (GR) : cette mineure offre une formation en montage de projets et en évaluation de programmes de coopération, de développement ou d’investissement économique ;
  • Coopération Internationale et Développement (CID) : cette mineure a pour objectif de donner aux étudiant.e.s les outils nécessaires à la compréhension et à la gestion des organisations non gouvernementales dans divers domaines dont l’aide au développement ou dans le cadre de situations de crise comme l’urgence humanitaire.

Les + de la formation

En matière de professionnalisation, le Master RDS repose sur deux axes, au choix :

  • Le risque pays en quatrième année et l’expertise projet en cinquième année. Cet exercice de professionnalisation (en groupe de 8-10 étudiant.e.s) qui se déroule sur une année civile consiste en la réalisation d’un travail d’expertise destiné à  des commanditaires professionnels, venants des secteurs de la coopération publique (internationale, nationale ou locale), des ONG et du secteur privé marchand (entreprises, banques). Les étudiant.e.s produisent une analyse de risques, à partir d’outils divers (mapping des acteurs, matrice SWOT)  d’abord sur  un pays puis sur un projet spécifique. Les projets reposent sur des mises en situation concrètes : il peut s’agir une action de développement (commanditée par une ONG, une ambassade, une organisation internationale), d’une implantation d’une entreprise (extension d’un parc éolien en Ethiopie, structuration d’une filière agricole en Côte d’Ivoire, construction d’un gazoduc en Asie centrale, l’implantation d’une usine et/ou l’exportation de voitures pour un constructeur automobile). Les étudiant.e.s partent en stage au S4.
  • L’option recherche. Les étudiant.e.s peuvent s’initier aux méthodes de la recherche en sciences sociales sur les Suds, notamment grâce à des enseignements et exercices concrets encadrés par des chercheurs du CNRS membres du LAM. En quatrième année, un mini-mémoire est réalisé, et un « Research track » en commun avec d’autres Masters de l’IEP permet au printemps un approfondissement des méthodes qualitatives et quantitatives, et de l’épistémologie. En cinquième année, les séminaires portent notamment sur la conduite et la valorisation professionnelle de la recherche, laquelle ne se réduit pas à la perspective d’un doctorat mais offre l’opportunité d’une carrière dans le champ de l’expertise ou de l’appui à la décision. Un mémoire de recherche est réalisé au S4, associé (ou non) à un stage.

Insertion professionnelle

Le parcours de Master RDS vise à former des professionnels de l’analyse des pays du Sud. À l’issue de la formation, les étudiants disposeront  de connaissances empiriques et théoriques sur les pays du Sud, d’une spécialisation régionale de leur choix, ainsi que d’une maîtrise d’outils méthodologiques et de compétences techniques performantes. Il encourage systématiquement les étudiants à réaliser des stages en organisations et en situation dès la quatrième année et associe cours universitaires et interventions de professionnels spécialistes des « Suds ».

De nombreux enseignements se font sous forme de séminaires et des travaux spécifiques sont demandés aux étudiants pour les doter de compétences particulières en gestion des risques, policy intelligence, et recherche. Le parcours de Master RDS conduit (au Sud comme au Nord) aux métiers de la recherche, de la consultance, de l’expertise et de l’appui à la décision et à la gestion de projet dans des organisations publiques, les entreprises privées et le tiers secteur.

En savoir plus

dolor. sed elementum venenatis Praesent consectetur nunc libero id commodo eleifend