Denis-Constant MARTIN - Membres associés

Photo de Denis-Constant MARTIN

Denis-Constant MARTIN

Directeur de recherche (retraité) Analyse comparative des rapports entre culture et politique — Afrique australe, Caraïbes, États-Unis

Biographie

Fonction

Ancien directeur de recherches, classe exceptionnelle, Fondation nationale des sciences politiques, à la retraite; chercheur associé Laboratoire « Les Afriques dans le monde » (LAM), Institut d’études politiques de Bordeaux.

Diplômes

  • 1968 : Diplôme de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (section Politique et Sociale).
  • 1973 : Doctorat de IIIe cycle , Sociologie, Université Paris V – René Descartes, sous la direction de Georges Balandier.
  • 1976 : Diplôme de l’Institut national des langues et cultures orien­tales, Université Paris III (Swahili et civilisations Est-africaines).
  • 1988 : Doctorat d’État ès-Lettres et Sciences humaines, sous la direction de Georges Balandier.

Orientations de recherche

  • Sociologie et anthropologie politiques

Denis-Constant Martin a commencé par travailler à l’analyse des régimes politiques d’Afrique orientale (Tanzanie et Kenya). Les problèmes posés par la compréhension du fonctionnement des systèmes de ces pays l’ont poussé à s’intéresser de plus en plus aux manifestations culturelles susceptibles de révéler la manière dont les citoyens perçoivent la société dans laquelle ils vivent et son organisation politique. Il a tenté de cerner la notion de « culture politique » à partir de ses recherches sur la Tanzanie et le Kenya, puis a développé une approche d’anthropologie culturelle du politique dans les Caraïbes anglophones (Barbades, Jamaïque, Trinidad et Tobago) et en Afrique du Sud. Dans cette perspective, il a étudié la production et les manifestations en politique des » identités » et a dirigé des groupes de travail sur ce thème. Ses recherches politologiques actuelles portent sur les « OPNI », les objets politiques non identifiés, et s’intéressent aux pratiques culturelles (notamment aux musiques, aux fêtes et aux carnavals), en utilisant des méthodes inspirées de la sociologie et de l’anthropologie, dans le but d’y déceler des représentations sociales du pouvoir, des hiérarchies et de l’organisation de la société.

  • Sociologie des musiques « populaires »

Parallèlement, Denis-Constant Martin s’est efforcé, depuis la fin des années 1970, de développer une approche de sociologie de la musique qui reste associée à la musicologie et à l’ethnomusicologie. Il a d’abord travaillé sur le reggae et les musiques afro-américaines des États-Unis, puis sur les musiques de Trinidad et Tobago (calypso, steel bands ) et d’Afrique du Sud, sur les musiques africaines et les « musiques du monde ». Depuis 1993, il poursuit une recherche sociologique et musicologique sur Le Cap (Afrique du Sud), ses fêtes du nouvel an et ses divers répertoires musicaux.

  • Denis-Constant Martin est membre de la Société française d’ethnomusicologie
  • Il a créé et dirigé en 1980-1981 l’Institut français de recherches en Afrique (IFRA, Nairobi, Kenya).

Enseignements

De 1973 à 2012, Denis-Constant Martin a enseigné dans les institutions suivantes : Centre de formation administrative (Béchar, Algérie) ; Université de Floride (Gainesville) ; Langues O’ (Paris) ; CELSA (Université Paris III) ; Sciences Po Paris ; Université Paris I-Panthéon Sorbonne ; Sciences Po Bordeaux ; Université Paris VIII-Saint Denis ; Université Jean Monnet (Saint Étienne) ; Université Bordeaux III.


Contact