Évènements en décembre 2022

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Journées d’études « Economie Politique des capitalismes: Perspectives Nord/Sud »

20 octobre / 13h00 21 octobre / 16h30

Les séminaires d’économie politique des capitalismes, organisés par LAM et le Centre Emile Durkheim (CED) recommencent cette année par deux journées d’étude sur le thème “ Perspectives Nord/Sud”

Comité d’organisation: Jean-Philippe Berrou, Clémentine Chazal, Caroline Dufy, Alexe Duvaut, Ahmed Fouad El Haddad, Luc-Yaovi Kouassi, Faouzi El Mestari, Hein Htet, Thibaut Joltreau, Alain Piveteau, Antoine Roger, Alice Sindzingre, Andy Smith

Programme complet :

Résumé des tables rondes

  • Diversité méthodologique et tendances (sous) disciplinaires en économie politique 

Cyril Benoît, Centre d’études européennes et de politique comparée, Sciences Po, CNRS.

L’économie politique est souvent présentée comme étant caractérisée par son pluralisme méthodologique. Elle serait, de ce fait, parvenue à aménager un espace de dialogue entre les méthodes bien mieux que des disciplines concurrentes – au premier rang desquels on trouverait la science économique mainstream. Si la véracité de la première affirmation fait peu de doute, cette communication montre qu’il existe d’importantes polarités dans les méthodes utilisées par la recherche en économie politique – et qu’il serait plus approprié de parler d’une « cohabitation » plutôt que d’un véritable « dialogue ». Loin de se réduire à une opposition entre qualitatif et quantitatif, les polarités dont il est question ici renvoient à différentes familles de méthodes quantitatives et qualitatives, qui demeurent fermement attachées aux deux grandes traditions représentées dans la sous-discipline. Tandis que l’utilisation d’analyses de réseaux, d’approches sociographiques et du process tracing « inductif » est désormais devenu la norme en économie politique internationale, le recours à des modèles formels, à l’économétrie et au process tracing « déductif » reste majoritaire au sein de l’économie politique comparative. Après avoir posé ce diagnostic, cette communication présentera les causes de ces oppositions qui tiennent, pour partie, à la proximité de chaque sous-discipline avec des espaces disciplinaires voisins mais fortement autonomes les uns des autres. Dans un second temps, elle cherchera à déterminer si l’intégration des méthodes issues de traditions disciplinaires distinctes peut constituer une voie pertinente pour renforcer le dialogue, encore peu poussé, entre les deux grandes traditions de l’économie politique.

  • Comment enquêter sur les dirigeants de grandes entreprises ? 

François-Xavier Dudouet, Directeur de recherche au CNRS, IRISSO – Université Paris Dauphine

 L’étude des dirigeants de grandes entreprises est un domaine de recherche assez ancien dont les premiers travaux remontent au début du XXe siècle. Plusieurs traditions se sont développées parfois de manière complémentaire souvent de façon parallèle. On peut noter parmi les principales orientations : l’analyse des réseaux d’administrateurs ou Interlocking Directorate Studies, le managerialisme, les enquêtes prosopographiques sur les origines sociales et scolaires des dirigeants ainsi que sur le déroulement de leur carrière, aujourd’hui de nombreux travaux portent les questions de genre et de diversité. Notre intervention, organisée sous la forme d’un retour d’expérience, s’interrogera sur la manière de construire l’objet « dirigeants de grandes entreprises » et sur les techniques d’enquêtes que l’on peut déployer. Nous verrons dans un premier temps quels pièges à éviter avant de se lancer dans l’étude des dirigeants de grandes entreprises, puis comment faire dialoguer la sociologie avec d’autres disciplines, notamment le droit et la finance, enfin quelles sources et méthodes mettre en œuvre. 

  • Que peuvent dire les sciences sociales sur les monnaies locales ?

Mathilde Fois Duclerc, Doctorante en science politique – Centre Émile Durkheim

L’étude des monnaies locales est un domaine de recherche assez récent
dont les premiers travaux remontent à la fin des années 1990, pour
répondre aux interrogations suscitées par l’apparition de nouvelles «
alternatives à la monnaie », comme les local exchange trading systems et
les Time Banks dans les contextes anglo-saxons et les systèmes d’échange
local en France. Le principal courant de recherche qui a investi ce
sujet dans le contexte est l’institutionnalisme monétaire, qui est un
domaine de l’hétérodoxie économique nourri par des approches
interdisciplinaires (notamment par la contribution de l’anthropologie et
de l’histoire) ; d’autres travaux se sont quant à eux inscrits dans le
cadre de la sociologie économique ou de l’anthropologie économique. À
partir d’une recherche doctorale en cours, l’intervention abordera la
démarche de construction de l’objet « monnaie locale ». J’évoquerai
d’abord la question du positionnement par rapport à la littérature
existante, puis les différents choix méthodologiques et obstacles
rencontrés, et enfin les défis « posés par l’interdisciplinarité et le
pluralisme méthodologique pour l’intégration scientifique des résultats
», en revenant sur une expérience récente d’écriture à quatre mains.

Informations pratiques:

  • Dates : du 20 octobre dès 13h au 21 octobre 2022 à 16h15
  • Lieu: Sciences Po Bordeaux, salle A202
  • Présentiel