Évènements en avril 2024

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Séminaire Économie politique des capitalismes « Du déchet à la marchandise ; recyclage, seconde vie et interdépendances Nord/Sud »

26 mai 2023 / 13h00 15h00

Cette session est coordonnée par Caroline Dufy du Centre Emile Durkheim.

Cette séance est celle initialement prévue le 31/03 /2023 qui a été reportée.

A travers les thématiques de l’organisation du  recyclage du plastique avec l’Asir Du Sud Est (M. Lemeur) et le prolongement des filières automobiles entre l’Europe et l’Afrique (R. Hourcade), cette séance  se propose d’aborder l’au-delà de la production et de la consommation au sein des systèmes capitalistes. Elle abordera enjeux de la gestion des rebuts des système productifs capitalistes au Nord pour envisager comment la circulation internationale des objets peut conduire à des négociations sur les normes de leur circulation, sur les frontières entre ce qui est qualifié de déchet et  ce qui est une marchandise, sur la constitution de filières commerciales autour de la création d’une second vie des objets, et comment ces opérations et scènes économiques réagencent des formes de dépendance entre Nord et Sud,  et réorganisent les rapports de force entre les acteurs. 

Intervention 1 :

Mikaela Le Meur, Docteure en Sciences sociales et politiques, orientation Anthropologie au Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains à l’Université libre de Bruxelles, Chercheuse correspondante au Centre Norbert Elias, EHESS Marseille.

Titre : Plasti-cités / villes-poubelles : des villes vietnamiennes à l’épreuve des filières globalisées du recyclage

Résumé : Mon intervention restituera des enquêtes ethnographiques multi-situées, menées au Viêt Nam entre 2011 et 2018, initialement portées sur la gestion des déchets dans des petites villes vietnamiennes puis progressivement centrées sur les vies sociales et environnementales des matières plastiques. Après avoir présenté les enjeux méthodologiques et épistémologiques de cette recherche en contexte autoritaire, je proposerai une analyse des filières locales et globalisées du recyclage des matières plastiques à partir de l’étude de cas d’un village des environs de Hanoi qui s’est spécialisé dans le recyclage de déchets plastiques venus du monde entier par conteneurs. À travers des récits d’entrepreneurs, mais aussi par la description des transformations matérielles du plastique, des techniques et des gestes des travailleur·ses des déchets et du recyclage, je porterai une attention particulière aux conditions de travail, aux logiques de stratification et aux inégalités au sein cette économie artisanalo-industrielle. En mobilisant des discours d’habitant·es sur l’évolution de leur commune, je replacerai enfin cette activité dans une réflexion sur les transformations écologiques à l’œuvre dans la commune. J’interrogerai ainsi l’habitabilité de ce territoire plastique avec lequel les pays ‘du Nord’ sont intimement connectés, pour enfin questionner, sous un angle politique, la relation ordinaire que nous entretenons avec nos ordures.

Intervention 2 :

Renaud Hourcade, Chargé de recherche CNRS au CED (Centre Émile Durkheim) Sciences Po Bordeaux

Titre : L’économie politique de l’importation de véhicules d’occasion au Sénégal : normes réglementaires et savoir-faire de contournement

Résumé : Depuis environ quarante ans, des filières transnationales se sont constituées en Afrique dans le but d’approvisionner le continent en véhicules d’occasion issus de pays plus développés. Parce qu’ils entremêlent des enjeux importants, financiers et économiques mais aussi  environnementaux et sanitaires, la régulation de ces flux marchands suscite une forte attention politique dans les pays qui les reçoivent. Au Sénégal, la volonté de réguler cette filière s’est traduite dans un jeu de normes, dont la plus emblématique est l’interdiction d’importer des voitures de seconde main âgées de plus de huit ans. Nous proposons d’étudier la façon dont sont fixées les règles qui tentent d’encadrer ce marché et d’en analyser les effets sur la structuration de la filière et les pratiques des acteurs. Nous mettons en évidence que le critère de l’âge, s’il permet de satisfaire des intérêts multiples, s’avère un instrument de régulation très imparfait sous l’angle des enjeux environnementaux et de santé. Nous montrons également que de multiples savoir-faire permettent aux acteurs de repousser en pratique – et presque éternellement – l’obsolescence du véhicule, qu’elle soit mécanique ou réglementaire.

Informations pratiques

  • Date : 26 mai de 13h à 15h
  • En présentiel : salle Touchard, Sciences Po Bordeaux