Femmes et droit dans les Afriques musulmanes – M. N’Diaye et N. Bernard- Maugiron

Le numéro 242 des Cahiers d’études africaines « Femmes et droit dans les études africaines », paru en juin 2021, est coordonné par Marième N’Diaye, chargée de recherche CNRS à LAM, et Nathalie Bernard-Maugiron, directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement.

Résumé

Dans les Afriques musulmanes, les réformes juridiques relatives à l’égalité des sexes confrontent les États à une problématique similaire : se conformer aux standards internationaux de non-discrimination tout en préservant les normes coutumières et religieuses. Ces processus révèlent combien les règles de droit ne sont pas neutres mais le fruit d’une lutte entre différents acteurs sociaux et politiques, dans laquelle les femmes prennent toute leur part. À la fois cibles et actrices des réformes, elles ont recours à des argumentaires et répertoires d’action tributaires de la diversité des architectures juridiques et politiques des pays concernés, de la place que la loi islamique y occupe, mais aussi des domaines du droit en jeu ou encore de l’ancrage historique des mobilisations de femmes. En considérant les processus de réforme à partir d’une triple perspective (mise à l’agenda, mobilisations, application), les textes de ce numéro s’attachent à analyser le degré d’influence des normes internationales, les spécificités des mobilisations juridiques des femmes dans ces pays à majorité musulmane, mais aussi le rôle que peut jouer — ou non — le droit dans la reconfiguration des rapports de genre. En contextualisant les appels contemporains à l’application de la charia comme ressource ou contrainte pour la réforme, les contributions analysent également la norme islamique en restituant son historicité et ses appropriations plurielles dans les Afriques musulmanes.