Projet SOEA : Science ouverte pour les études africaines

Fragment de couverture d’un ouvrage publié par l’IFRA-Nigeria, réédité en numérique et en accès ouvert en 2021 : SAGHAE, Eghosa E. 1994. Trends of Migrant Political Organization in Nigeria: The Igbo in Kano. Ibadan : IFRA-Nigeria. DOI : https://doi.org/10.4000/books.ifra.887

SOEA : Science ouverte pour les études africaines

LAM s’est associé aux cinq Instituts français de recherche à l’étranger d’Afrique subsaharienne, ainsi qu’à l’IMAF, au GIS Études africaines, à OpenEdition et à l’infrastructure de recherche Métopes, pour construire le projet « Science ouverte pour les études africaines » (SOEA) (voir sur le site Ouvrir la science). Ce projet est l’un des lauréats de l’appel « Publication et édition scientifiques ouvertes (2e édition) » du Fonds national pour la science ouverte (FNSO). Il s’initie au mois de mars 2022 et aura une durée de trois ans.

Pourquoi ce projet ?

La littérature académique africaniste est encore peu présente dans l’écosystème de la science ouverte, particulièrement pour ce qui est des livres. Les éditeurs privés européens et nord-américains, prédominants dans ce secteur, ne proposent pas de solutions d’accès ouvert si ce n’est à coût élevé, tout en retenant les droits de diffusion. Une situation qui freine notoirement le partage des connaissances et rigidifie la frontière entre les académies et les sociétés des Nords et des Suds.

Ce projet vise à soutenir la transition complète vers l’accès ouvert des publications portées ou soutenues par les Instituts français de recherche à l’étranger (UMIFRE) d’Afrique subsaharienne, dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, en permettant de les offrir dans les langues des territoires d’implantation des instituts, très majoritairement non francophones. Il intègre en effet un programme de traductions ou de révisions linguistiques de travaux qui seront offerts en anglais, portugais, arabe, swahili ou amharique, notamment. En adéquation avec la feuille de route scientifique des UMIFRE, les publications produites dans le cadre de ce projet nourriront donc le partage, sans barrière commerciale, des productions de recherches avec les lectorats des aires concernées. L’autorat des publications restera mixte, européen / africain, afin de confirmer la place des UMIFRE comme pôles d’une conversation scientifique intercontinentale.

La participation de cinq UMIFRE offre à ce programme une grande diversité d’intérêt de recherche, ainsi qu’un impact international particulièrement fort, puisque les mandats régionaux des instituts concernés représentent 32 pays, 7 de ses 10 principales puissances économiques.

Carte des pays du mandat scientifique des UMIFRE participant au projet SOEA (colorés)

L’objectif est de soutenir le financement de 30 livres. Les ouvrages seront disponibles en version numérique, en accès ouvert immédiat, sur les sites éditeurs OpenEdition des UMIFRE : Africae pour IFAS-Recherche, IFRA-Nairobi et la SFDAS (https://books.openedition.org/africae) ; le site éditeur de l’IFRA-Nigeria (https://books.openedition.org/ifra/) ; celui du CFEE (https://books.openedition.org/cfee/). Des versions imprimées seront disponibles également en Europe et dans les pays africains d’intérêt via des partenariats avec des éditeurs et diffuseurs régionaux.

Au-delà de la création de ce catalogue, le projet « Science ouverte pour les études africaines » se veut stratégique pour le champ des études africaines dans son ensemble. Il est en effet l’occasion de faire émerger un service des publications transversal, issu de la collaboration des UMIFRE avec LAM, l’IMAF, et le GIS Études africaines en France. Le projet est en effet un moyen de faire travailler ensemble plusieurs agents qui assurent déjà, sur plusieurs sites, la publication de revues et de collections de livres. Il étendra de fait cette équipe, puisqu’une partie des fonds alloués permettront de recruter un agent, pour des missions éditoriales, pendant deux ans (2023-2024).

À terme, le projet veut structurer un pôle de professionnels de l’édition, dans la sphère publique, pour renforcer la présence en accès ouvert des meilleurs produits de la recherche africaniste faite aussi bien en France que dans les universités africaines.

LAM, qui accueille le coordinateur de ce programme, Bastien Miraucourt, confirme avec son soutien son ambition dans le développement de la science ouverte déclinée dans le cadre africaniste, et son rôle-pivot pour les collaborations transcontinentales, ici avec les UMIFRE africains.

Partenaires

Budget : 154 541 euros.

Contact : Coordinateur : Bastien Miraucourt, Les Afriques dans le monde / Afrique au Sud du Sahara (contact).